Monument de la francophonie d’Ottawa
(au 4000, rue Labelle)
 

Cette aire commémorant l’histoire de l’éducation francophone à Ottawa a été dévoilée le 25 septembre 2006 en présence de plus de 3 500 personnes. Elle comprend un mat de 24 mètres arborant un drapeau franco-ontarien de 4,5 m sur 9 mètres autour duquel est aménagé un monument en granite sur lequel sont gravés de brefs textes racontant l’histoire de l’éducation française à Ottawa. On y trouve aussi le nom des commanditaires du monument. Ce projet communautaire-patrimonial est piloté par un comité directeur dynamique et engagé dans la communauté. Le comité des Monuments de la francophonie, en collaboration avec ses partenaires, a construit cinq autres monuments en 2007.

Le projet « Les Monuments de la francophonie d’Ottawa » est une initiative communautaire-patrimoniale pilotée par un comité directeur bénévole formé de gens dynamiques et engagés dans la communauté francophone de la région d’Ottawa. Parrainé d’abord par la Régionale Samuel-de-Champlain de la Société franco-ontarienne d’histoire et de généalogie (SFOHG), et ensuite par le District nº 1 du Richelieu International, ce projet comporte les objectifs suivants : participation active au développement identitaire des élèves francophones des écoles de la région d’Ottawa; reconnaissance du fait français; promotion de la valeur ajoutée de la francophonie de la capitale nationale; promotion du symbole de la francophonie ontarienne; création d’espaces patrimoniaux et touristiques franco-ontariens.

L’idée d’ériger des « monuments de la francophonie » à la grandeur de la ville avait germé à l’ACFO d’Ottawa dans l’esprit d’un de ses présidents, Alain Vachon. Il s’agissait d’ériger des « monuments », sous forme de méga-drapeaux franco-ontariens de 15 pieds (4,5 mètres) sur 30 pieds (9 mètres) installés sur un mât de 80 pieds (24 mètres), autour desquels seraient aménagée une aire commémorative et patrimoniale soulignant la contribution de la communauté francophone d’Ottawa dans des sphères d’activités telles que l’éducation, les arts et la culture, les jeunes, les femmes et les aînés, les minorités ethnoculturelles et les gens d’affaires.

Suite au lancement du site internet www.mondrapeaufranco.ca, à la campagne de prélèvement de fonds et à la vente de « cartes du bâtisseur », le projet a suscité des milliers de lettres d’appui dans la communauté et les écoles, ainsi que des dons monétaires et des dons en biens et services. La Ville d’Ottawa et le Cimetière Beechwood en sont des partenaires privilégiés, auxquels s’ajoutent divers partenaires financiers privés, six institutions accueillant un monument, puis des donateurs individuels, surnommés « Bâtisseurs » du projet.

Entre les mois de septembre 2006 et octobre 2007, six monuments ont été érigés sur la propriété d’institutions francophones qui en ont fait la demande : le Conseil des écoles catholiques de langue française du Centre-Est; la Cité collégiale; la Caisse populaire Trillium; le Mouvement d’implication francophone d’Orléans; le Conseil des écoles publiques de l’Ontario; le Centre franco-ontarien de ressources pédagogiques.

Chaque dévoilement a été accompagné d’activités : après les présentations et les discours, Brian St-Pierre et les chanteuses Manon Séguin et Martine Lafontaine ont interprété la chanson « Mon beau drapeau » pendant qu’était hissé le drapeau franco-ontarien géant; des artistes ont présenté des spectacles : ZPN, Tricia Foster, les tambourinaires du Burundi et Swing; présentations de comédiens et interprètes incarnant les personnages historiques de l’Écho d’un peuple sous la direction de l’animateur Félix Saint-Denis. Parmi les dignitaires et les invités spéciaux, on comptait deux créateurs du drapeau franco-ontarien, Gaétan Gervais et Michel Dupuis, ainsi que la conférencière d’honneur Gisèle Lalonde.

Plus de 15 000 personnes, jeunes, adultes et aînés d’Ottawa et de l’Est ontarien ont participé aux dévoilements. Le tout premier monument a été dévoilé le 25 septembre 2006, en présence de plus de 4 000 personnes, au siège social du Conseil des écoles catholiques de langue française du Centre-Est. Le dévoilement le plus imposant, à l’école élémentaire publique Charlotte-Lemieux, le 25 septembre 2007, a rassemblé plus de 10 000 personnes.