FULGENCE CHARPENTIER,
JOURNALISTE ET DIPLOMATE
 

Né à Sainte-Anne-de-Prescott (Ontario), Fulgence Charpentier naît le 29 juin 1897. Journaliste et diplomate ayant chevauché trois siècles, il est courriériste parlementaire à Ottawa (1922-1930) pour Le Droit, La Presse, Le Soleil et Le Canada. De 1930 à 1936, il est tour à tour échevin et commissaire de la Ville d'Ottawa. Il travaille aux journaux français de la Chambre des communes à partir de 1936, puis dirige le Bureau canadien de la censure durant la Seconde Guerre mondiale. Fulgence Charpentier entre au ministère des Affaires extérieures en 1947, et devient successivement attaché culturel à Paris (1948-1953), chargé d’affaires en Amérique du Sud (1953-1957) et à Haïti (1957-1960), puis ambassadeur en Afrique (Cameroun, Gabon, Tchad, République centrafricaine et Congo-Brazzaville) de 1962 à 1965. À son retour au pays, il accepte ce qu’il croit être un dernier mandat, soit les relations avec les médias pour l’Exposition universelle de 1967, à Montréal. Puis le quotidien Le Droit lui offre le poste d’adjoint au rédacteur en chef. Fulgence Charpentier signe chaque semaine une chronique internationale jusqu’en 1998. En 1943, il devient membre de l’Ordre de l’Empire britannique, puis est décoré de l’Ordre du Canada à titre d’officier en 1999. En 1997, Le Monde publie un hommage au journaliste centenaire, nommé alors chevalier de l’Ordre de la Légion d’honneur. Il s'est marié deux fois et il est père de six enfants. Fulgence Charpentier meurt à Ottawa le 6 février 2001, à l’âge de 103 ans.