MICHEL PREVOST,
ARCHIVISTE ET HISTORIEN
 

Né à Hull au Québec le 19 septembre 1956, Michel Prévost grandit à Alfred, à Treadwell et à Curran dans l’Est ontarien. Il est l’époux de l’historienne Sylvie Jean. Détenteur d’une maîtrise en histoire de l’Université d’Ottawa, il publie sa thèse, qui porte sur la Belle Époque de Caledonia Springs. Il s’agit de l’histoire de la plus importante station thermale du Canada. Michel Prévost choisit la carrière d’archiviste, travaillant d’abord au Centre de recherche en civilisation canadienne-française de l’Université d’Ottawa (1981-1985), puis aux Archives de cette même université, dont il devient archiviste en chef en 1990. Depuis le début des années 1980, il œuvre pour la promotion de l’histoire et la préservation du patrimoine de la capitale nationale, de l’Outaouais et de l’Est ontarien. Il est membre de plusieurs conseils d’administration, et joue un rôle actif au sein de plusieurs organismes de patrimoine, notamment l’Institut d’histoire et de recherche de l’Outaouais, le Bureau canadien des archivistes et le Conseil des organismes du patrimoine d’Ottawa. Il est président de l’Association des archivistes du Québec et vice-président du Regroupement des organismes du patrimoine franco-ontarien. Depuis 1997, il est président de la Société d’histoire de l’Outaouais. Il est aussi vice-président du Comité de l’ancienne prison de L’Orignal. Par ses chroniques dans les médias, ses publications, ses conférences et ses visites commentées, il sensibilise la population à l’importance du patrimoine. Parmi ses combats, mentionnons la sauvegarde de nombreuses églises en Ontario et, surtout, la désignation du canal Rideau comme site du patrimoine mondial de l’humanité. Auteur d’une centaine d’articles et de quelques ouvrages, dont L’Université d’Ottawa depuis 1848 / The University of Ottawa since 1848 (Université d’Ottawa, 2008), il reçoit de nombreuses décorations en reconnaissance de ses efforts et de son travail soutenu comme historien et archiviste : le trophée Dr J.‑Émile Major (2000) de la Société d’histoire et de généalogie d’Ottawa, le Prix d’excellence du patrimoine (2000) de la Ville d’Ottawa, le Prix du patrimoine (2002) de la Fondation pour les arts, les lettres et la culture en Outaouais, le Prix du mérite (2004) de l’Association québécoise d’interprétation du patrimoine, le Prix du patrimoine Roger-Bernard (2003), le Certificat d’honneur (2004) du Conseil des monuments et sites du Québec, le Certificat du patrimoine de la Ville de Gatineau, le Certificat de mérite (2004) de l’Association des musées de l’Ontario et le Prix du recteur pour services rendus à l’Université d’Ottawa par les relations médiatiques et communautaires (2005) et le Prix Honorius-Provost (2007) de la Fédération des sociétés d’histoire du Québec. Il est fait membre de l’Ordre de la Francophonie de Prescott et Russell en 2003 et est été choisi en 2004 « personnalité de l’année » (arts et culture) par la Société Radio-Canada et LeDroit.